Géographe cartographe polyvalent et expérimenté, je vous propose mon expertise et un service personnalisé pour vos projets en lien avec la cartographie et les territoires. Venez jeter un œil!

(IN)ÉGALITÉ HOMME/FEMME EN EUROPE (3/5)

(IN)ÉGALITÉ HOMME/FEMME EN EUROPE (3/5)

Le revenu

Troisième volet de notre dossier sur les « (in)égalités homme/femme en Europe » : les écarts homme/femme sous l’angle du REVENU. Vous trouverez plus de détails sur la méthode à la fin de cet article – – – – >

 

L’indicateur: le salaire horaire moyen

Réalisée par l’Union Européenne auprès des entreprises de plus de dix salariés (hors administration publique) des 28 états membres de l’UE, mais aussi des pays candidats et des pays de l’AELE (Association Européenne de Libre-Echange), l’ « Enquête sur la structure des salaires » (ESS) nous permet de disposer de données précises et surtout harmonisées sur les salaires bruts en Europe.

Sans grande surprise c’est dans le cœur économique central que les salaires sont les plus élevés avec l’exception notable du « tigre celtique » irlandais (22,06€) qui arrive au deuxième rang, juste derrière la Suisse, mais devant le Luxembourg et les pays scandinaves. Plus on s’éloigne de ce cœur économique, plus les salaires sont réduits. En moyenne, les Suisses et les irlandais gagnent ainsi quatre fois plus que les roumains et les bulgares (5€).

 

Carte 1: Le salaire horaire moyen (tous sexes confondus)

 

Les différences entre hommes et femmes

Une des raisons d’être de cette enquête est, on l’imagine, de pouvoir évaluer où se situent économiquement les pays candidats à l’adhésion par rapport à l’Union Européenne. Or, sous l’angle de l’égalité homme/femme dans les salaires, on constate que ces derniers (Macédoine du Nord, Serbie, Monténégro, Turquie) comptent parmi les pays où l’écart est le plus faible. Alors même que dans la plupart des pays européens, les hommes gagnent 10 % de plus que les femmes minimum. Pire : les femmes gagnent presque un quart de moins que les hommes dans six pays de l’UE, parmi lesquels la Grande Bretagne (21%), l’Allemagne et l’Autriche (22%).

A contrario, l’autre principale information qui ressort de cette enquête est qu’un seul pays peut se prévaloir d’un écart favorable aux femmes : il s’agit de la Turquie, où les femmes y gagnent en moyenne 1,2 % de plus que les hommes !

 

Carte 2: Écart homme/femme

Note de lecture : Plus le bleu est foncé, plus l’inégalité – au profit des hommes – est forte. Plus le bleu est clair, plus l’écart homme femme est faible. Le coloris orangé signifie que l’écart est favorable aux femmes. Par exemple, la Turquie est le seul  pays où les femmes sont mieux payées que les hommes. Inversement, la Grande-Bretagne et la Finlande sont des pays où les hommes gagnent significativement plus que les femmes.

 

Divers facteurs peuvent expliquer les écarts importants dans certains pays de l’UE, tels que les différences dans les taux de participation à la population active, dans les professions et les activités tendant à être dominées par les hommes ou les femmes, ou dans l’importance du travail à temps partiel chez les femmes, ainsi que l’attitude des organismes publics et privés vis-à-vis de l’évolution de carrière… Toutefois, le niveau d’écart de salaire entre homme et femme que présentent des pays pourtant économiquement et socialement très développés – comme l’Angleterre, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse ou la Finlande – reste préoccupant et interroge sur l’efficacité de la lutte contre la reproduction (inhérente ou « inconsciente ») des mécanismes de ségrégation sectorielle au détriment des femmes.

Et l’évolution sur cette dernière décennie reste bien timide pour faire espérer que les choses puissent changer à court ou moyen terme.

 

Carte 3: Évolution de l’écart homme/femme

Note de lecture : Plus le vert est foncé, plus l’écart homme femme diminue, le blanc correspondant à une évolution quasi nulle. Plus la couleur tend vers le marron, plus l’écart homme femme se creuse – au profit des hommes. Par exemple, l’écart entre homme et femme se creuse d’avantage au Portugal alors qu’il tend à se réduire considérablement en Grèce et en Slovaquie.

 

 

Graph 1: Croisement entre écart et évolution de l’écart homme/femme

 

 

(IN)ÉGALITÉ HOMME/FEMME EN EUROPE:

La méthode

>>> Cinq thématiques pour mesurer l’ écart entre homme et femme et observer vers quoi (ou plutôt vers qui) tend cet écart : se creuse-t-il davantage au profit des hommes ? Ou tend-il à se réduire vers une réelle égalité homme/femme ?

>>> Cinq marqueurs forts qui nous caractérisent socialement et économiquement (revenu, formation, technologie, précarité, emploi), matérialisés par la représentation de cinq indicateurs,

FORMATION, avec la « Proportion de diplômés dans les sciences et de l’ingénierie »

EMPLOI, avec le « Taux d’emploi »

REVENU, avec le « Salaire horaire moyen »

PRÉCARITÉ, avec le « Taux de risque d’exclusion sociale »

TECHNOLOGIE, avec la « Proportion de la population n’ayant jamais utilisé un ordinateur »

>>> Une comparaison de la situation dans les différents pays européens. Les pays scandinaves se montrent-ils plus progressistes que des pays méditerranéens encore en partie affectés par la tradition catholique ? La domination économique et technologique des trois puissances industrielles (France, l’Allemagne, le Royaume-Uni) sur les pays de l’Est et la Turquie s’accompagnent-elles réellement (comme c’est censé être le cas) d’une plus grande avancée sur des questions sociétales comme la place de de la femme ?

>>> La vocation de ce travail est d’avantage de poser des questions que ne fournir des réponses. De même, il repose sur une méthode simple qui peut en tout point être discutée. Puisse-t-il tout de même alimenter les débats actuels et futurs.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*