Géographe cartographe polyvalent et expérimenté, je vous propose mon expertise et un service personnalisé pour vos projets en lien avec la cartographie et les territoires. Venez jeter un œil!

L’emploi et le territoire: l’émergence des « monstropoles »

+ 113 000

C’est le nombre d’emplois salariés privés supplémentaires en France depuis 5 ans. Ainsi, en marge de la hausse historique du chômage, le territoire français continue de créer de l’emploi.

Néanmoins, ce chiffre qui pourrait suggérer une bonne santé économique cache une profonde dualité spatiale, une géographie économique à deux vitesses qu’illustre parfaitement cette première anamorphose.

anamorph_emptotsuppl_20092014_2-011

On observe en effet un gain en emploi très fortement concentré géographiquement : six bassins d’emploi totalisant un surcroît de 184 000 emplois (Paris, Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux et Saclay). Ce qui induit que le cumul des 316 autres zones d’emploi accuse un déficit de près de 71 000 emplois salariés. Globalement, 118 zones d’emploi présentent une évolution positive sur les cinq dernières années, pour 204 zones d’emploi qui connaissent des pertes, qui sont supérieures à 1 000 emplois pour 75 d’entre elles.

Les grandes métropoles ont donc fait mieux que résister aux effets de la crise depuis 2009. L’Est, le Nord et le grand Bassin Parisien paraissent en revanche plus que jamais écrasés par la capitale. C’est dans ce grand secteur géographique que l’on retrouve les zones d’emploi les plus en souffrance, exception faite de la zone d’emploi de Nice qui connaît des difficultés dans les secteurs du bâtiment et certaines activités de pointe.

anamorph_empINDUSsuppl_20092014_2-01

La destruction des emplois de l’industrie, assez constante depuis 30 ans et en accélération depuis 2009 (- 38 000 chaque année), n’explique qu’en partie cette double géographie. La seconde anamorphose nous montre que les pertes d’emploi dans l’industrie sont assez généralisées. A l’opposition centre vs. périphérie se substitue une opposition Toulouse vs. reste du pays – une résistance à mettre au crédit, cela va sans dire, de la branche aéronautique, gourmande en main-d’œuvre et en ingénierie (ce qui explique également le second rang national du bassin d’emploi de Figeac en termes de gain en emploi industriel).

Dans le système-monde, les grandes métropoles interconnectées peuvent faire face à ce déclin grâce à la capacité de renouvellement de leur tissu tertiaire. Loin des projecteurs, les villes secondaires et les territoires périphériques s’enfoncent dans une progressive désertification économique.

FABIEN LAMBERTIN

cartotem31@gmail.com

@FabienL3

29 thoughts on “L’emploi et le territoire: l’émergence des « monstropoles »”

  1. Renaud Clément
     ·  Répondre

    Trés belle cartes, claires et instructives sur un sujet important ! Bravo.

    • gangstamap
       ·  Répondre

      Merci, ça fait plaisir!

  2. Olivier Delemar
     ·  Répondre

    Bravo et merci pour ces cartes !

    Petite question curieuse d’un qui est aussi un peut dans le monde des cartes : quel outils utilisez vous pour faire ces anamorphoses ?

  3. Precision
     ·  Répondre

    Votre étude exclu donc les agriculteurs, commerçants, artisans, professions libérales, auto-entrepreneurs etc.. ? Ne serait il pas intéressant de les intégrer ?

    • gangstamap
       ·  Répondre

      Bonjour,

      Vous êtes adorable, mais le terme « étude » est un bien grand mot. Il s’agit tout au plus d’un article basé sur une représentation graphique. Il n’a ainsi pas la prétention d’être exhaustif.

      Toutefois, j’attire votre attention sur la source que j’ai utilisé, Acoss. Les employeurs y déclarent leurs salariés chaque année pour leur cotisation au régime sociale (l’URSSAF). Cette donnée permet donc de mesure des évolutions car, en plus, les définitions n’ont pas changé, au moins sur les cinq dernières années. Pour les catégories professionnelles que vous évoquez, auxquelles je rajouterais l’emploi public, il n’existe malheureusement pas de sources consolidées et pérennes dans le temps pour réaliser un tel suivi.

      Si cela peut vous consoler, l’emploi salarié privé représente près de 70% de l’emploi total. Et c’est surtout de très loin le poste le plus sensible aux aléas de la conjoncture économique. Toute différence quant à la représentation cartographique serait ainsi assez marginale.

      Bien à vous.

      • Daniel Ravard
         ·  Répondre

        Article très intéressant !
        Pour les agriculteurs et salariés agricoles il existe une source fiable qui est la Mutualité Sociale Agricole. Elle joue le même rôle que l’URSSAF pour les employeurs, salariés et non-salariés de l’agriculture.

  4. cécile Bonet
     ·  Répondre

    top !

  5. André Torre
     ·  Répondre

    Bravo, très beau travail ! Félicitations ! André Torre

  6. Vince
     ·  Répondre

    Merci pour cet article et pour ces cartes très éclairantes. On aimerait en avoir tous les jours dans nos grands media.
    Auriez-vous des cartes similaires sur le chômage?

    • gangstamap
       ·  Répondre

      Pas à l’heure actuelle, mais c’est une bonne suggestion.

  7. cyril
     ·  Répondre

    Très beau travail, sujet très intéressant, cartes très instructives!

  8. Adrien
     ·  Répondre

    Bonjour,
    Merci pour ce résultat visuel 🙂
    Pourriez-vous faire la même chose pour un secteur qui concerne de plus en plus de gens, le secteur de l’IT (Internet Technologie). Ce serait intéressant de voir l’évolution et la répartition géographique, merci d’avance

  9. Minato
     ·  Répondre

    113 000 emplois salariés en plus en cinq ans, ce n’est pas le signe d’une bonne santé économique surtout dans un grand pays pour la France (avec 40 millions de personnes en âge de travailler).
    Même en prenant en compte que la crise à détruit de nombreux emplois, c’est le signe d’une économie en stagnation voir déclin.m

    Une bonne santé economique serait d’avoir ce chiffre trimestriellement sur plusieurs années donc avoir eu une croissance de plusieurs millions d’emplois salariés cins ans.

  10. THOUZEAU
     ·  Répondre

    La première carte est très belle et très impactante mais n’a aucun intérêt. Elle permet de voir qu’il y a beaucoup d’augmentation en NOMBRE d’emplois dans les grands bassins d’emploi (et de population). On parle en valeur et non en pourcentage. il n’y aura jamais 70 000 créations d’emploi en Vendée car il n’y a que 600 000 personnes qui y vivent.

    C’est bien beau de vouloir faire de la data viz, encore faut-il savoir utiliser les chiffres. Si vous voulez savoir à qui profite les créations d’emploi, intéressez-vous au rapport création d’emploi/nombre de personnes non employées.

    • gangstamap
       ·  Répondre

      Vous aura-t-il échapper qu’il y a deux teintes de couleur qui permettent de différencier les bassins d’emploi qui gagnent des emplois et ceux qui en perdent? L’information principale, c’est bien que les gros bassins urbains GAGNENT BEAUCOUP d’emplois alors que les bassins d’emploi plus modestes en PERDENT (parfois beaucoup). Peut-être que cette carte n’est pas pertinente, mais la lecture que vous en avez faite est un peu rapide et votre commentaire est hors de propos sur le fond et (à ma grande surprise étant donné qu’on ne se connait pas) sur la forme.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*